-- BIOGRAPHIE - Virginie PLAUCHUT
-- BIOGRAPHIE

Virginie Plauchut est depuis toujours intéressée par la psychologie humaine ; elle se penche sur ce que l’humain nourrit de névroses, de souffrances, de psychoses, mais aussi de croyances, d’habitudes et de symboliques. Il est au cœur de ses recherches et de son travail photographique.
Depuis plus de 3 ans, elle réalise un travail photographique autour des problématiques et tabous liés à l’enfance, avec la réalisation de différents sujets portant sur l’inceste (« Sans preuve et sans cadavre »), les disparitions d’enfants (« Les disparus »), l’enfermement des jeunes filles dans des institutions religieuses jusqu’à la fin des années soixante (« Les hauts murs »), le deuil de l’enfant (« Gianluigi »), le harcèlement scolaire (« Harcelés »).
Ses photographies se veulent paradoxalement calmes au regard du texte qui les accompagne ; ce n'est pas l'acte qui est retenu dans ses photos, encore moins le "spectaculaire". L'iconographie met en exergue une "banalité" de chaque situation, alors que l'écrit la déconstruit. Ses images oscillent entre photographie factuelle et photographie illustrative au service du texte. Sa démarche photographique a comme point de départ la réalité. Elle fabrique des mises en scène qui l’interrogent. Elle navigue entre la photographie narrative dans la forme et la photographie sociale par le fond.
Ses recherches et son travail photographique s’inscrivent dans une démarche d’auteur-photographe qu’elle nourrit par un travail de fond, tant par ses lectures que par différentes rencontres. Chaque sujet est mis en place à travers des recherches exhaustives sur la thématique explorée (écrits divers, séquences filmées, photographies, entretiens…) ; cette étape préliminaire lui permet de choisir un angle pertinent pour construire le travail où le sujet va se prêter à la pratique cathartique de la mise en scène.
Ses différents travaux ont été exposés lors de festivals ou à l’occasion d’expositions personnelles et collectives à Paris, Carcassonne, Arles, Niort, mais aussi projeté lors de plusieurs festivals européens. Elle a également été finaliste du prix Leica Oskar Barnack en 2014. Elle est membre du studio Hans Lucas depuis 2015. Dîplomée de l'Ecole Nationale Supérieur de la Photographie d'Arles en 2016.

Top